top of page

Le soft power congolais

Dernière mise à jour : 26 août 2021

Le soft power ou la puissance douce.

Voici un concept intéressant auquel je n’étais pas familié et pourtant mon exposition indirecte au soft power d’autres nations pendant des années était pourtant évidente.

Qu’est-ce que le soft power ?

Il se définit comme étant une force d’influence douce et persuasive utilisée par les états pour faire avancer leurs intérêts auprès d’autres nations. Le soft power s'appuie sur plusieurs piliers comme l'éducation, le patrimoine culturel, la science et tout autre type de savoir-faire qu'une nation possède.

Il est vrai que ce concept anglophone semble ne concerner que les gouvernements qui ont la charge de défendre et promouvoir leurs intérêts à l’international à travers leurs diplomaties.

Les agences de développement comme l'Agence Française de Développement (AFD), UKAid ou encore USAid fonctionnent toutes sur les mêmes principes de coopération internationale.


Quelques exemples.

Les exemples de soft power selon les grand piliers mentionnés plus haut, sont nombreux et varient selon les nations.

On se souvient de l’exemple américain encore palpable aujourd’hui avec ses franchises bien connues comme MacDonald, KFC, Starbucks. Les GAFAM, etc… Les films américains comme ceux de Rambo ou encore plus récents les Avengers des studio Marvel ou encore ceux de Star Wars contribuent à positionner les Etats-Unis comme une puissance extraordinaire dans le divertissement et la culture mondiale.


Chaque pays se distingue à travers plusieurs éléments relevant de son identité.

La France avec sa gastronomie, sa culture, sa langue et ses écrivains et sa Tour Eiffel.

Le Japon avec ses cracks en informatique, ses robots, la qualité et la durabilité de leurs produits ses arts martiaux ancestraux, ses sumotoris et ses variétés gastronomiques (sushi)

Le Brésil et son carnaval, sa samba, ses musiciens comme Gilberto Gil et Sergio Mendes, ses talents footballistiques indéniables.


Naturellement, en tant qu’africains nous devrions nous poser la question sur notre soft power à l’échelle de nos pays respectif et vis-à-vis des pays développés qui courtisent nos matières premières.

Le concept de soft power doit intéresser les entrepreneurs et les politiques. Je le définirai comme le trait d’union entre deux mondes qui peuvent s’entraider mutuellement.

Sur le podcast de Mokondzi, nous nous sommes penchées sur ce concept car une association sous le nom d'Ateliers Citoyens du Congo, a organisé le 7/8 Août 2021 une rencontre autour de ce concept.

Un évènement de 2 jours, pour mettre en lumière la capacité d'influence inexploité du Congo.



Le soft power congolais.

Notre patrimoine culturel est riche et peu valorisé.

Ma référence en terme de patrimoine culturel inclut les arts avec la sculpture, la peinture, la danse, le cinéma, la narration de conte et le théâtre. La musique et ses différents styles.

La gastronomie locale sans intrant étrangers.

L'architecture congolaise et les vestiges des cases coloniales française.

Les langues, dialectes et différents patois.

La faune et nos réserves naturelles. La flore et nos essences de bois.

La littérature et nos écrivains de renoms: Sony Labou Tansi, Alain Mabanckou.

Le sport, la recherche scientifique et agricole, les exploits individuels, l'ingénierie, la finance,


Pour les gestionnaires du biens publics, il semble évident qu’au sein de leurs mandats électif et non-électifs, la représentation de l’état et donc de ses citoyens semble est acquise.

Comment mesurer l'influence du Congo?

Quels indicateurs peuvent servir pour évaluer l'action de la diplomatie congolaise?

Comment déployer le patrimoine culturel congolais à savoir les arts, les langues, la gastronomie, l'architecture, la littérature, la faune et la flore?


Evidemment il incombe aux présidents et autres ministres de s'appuyer sur ce qui caractérise le Congo dans sa diversité. Si le Président Sassou N'guesso accueille ses hôtes avec des danses folkloriques dans son village à Oyo, quand est-il du reste patrimoine culturel congolais?

Car aux yeux des étrangers (non africains) les congolais du nord au sud sont tous les mêmes.

La forêt est la même du nord au sud. Nos langues sont similaires car ils ne les comprennent pas.


Les entrepreneurs congolais.

Au-delà des décisions prises par nos dirigeants, une question se posent aux entrepreneurs.

Si demain le Congo souhaitait s'ouvrir à ce concept pour exposer ses entrepreneurs aux grands rendez-vous internationaux à des fins diplomatiques, ou simplement donner de l'exposition au tissu entrepreneuriale congolais, nos entrepreneurs sont-ils prêts?

Sont-ils prêts à se vendre? Sont-ils prêts à honorer des rendez-vous?

Sont-ils prêts à honorer des commandes?

Sont-ils suffisamment structurés? sont-ils suffisamment compétitifs?

Sont-ils en capacité de garantir la qualité de leurs produits et services?

Nous sommes en droits de nous poser ces questions car nombreux sont les entrepreneurs qui grâce aux médias et quelques soirées de lancement ont connut une ascension médiatique fulgurante pour s'éteindre quelques mois plus tard comme des étoiles filantes.


Du 24-27 août 2021 s'est tenu en France les universités d'été du MEDEF


Le Premier Ministre du Congo est attendu à Paris à la tête d'une délégation de ministres et d'entrepreneurs pour participer à cette rencontre.

Parmi les entrepreneurs présents on note:


Toutes les personnes sur cette liste ne sont pas congolais et pour certains, les entreprises ne sont que des filiales de grand groupe internationaux.

Comment les dirigeants de ces entreprises représenteront le Congo 🇨🇬?

Est-ce qu'avoir son entreprise au Congo suffit pour représenter le Congo 🇨🇬

Quelles seront les retombées de ces journées avec le MEDEF?

Va-t-on brandir pour une nième fois les accords de partenariats qui finissent aux oubliettes fautes de budget ou simple perte d'intérêt d'une des parties?


Pour conclure, je dirai que l'initiative mérite qu'on s'y intéresse. Le soft power n'est pas notre concept mais nous pourrions le définir nous-mêmes.

Une définition congolaise qui appartiendrai à notre contexte avec un gouvernement congolais pleinement impliqué sur la question entrepreneuriale, identitaire et culturel du Congo en faisant de l'entrepreneuriat une cause nationale.

Pour l'instant on constate une latence sur ce sujet.

Il se pourrait qu'un jour les entrepreneurs congolais soient valorisés par leur gouvernement, seront-ils prêt?

La valorisation des entreprises congolaises et d'abord locales et la consommation des services et les produits locaux est un témoignage de cette valorisation.


Pour le blog de Mokondzi.






128 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


Post: Blog2_Post
bottom of page