top of page

Le recrutement de la diaspora congolaise

À Paris le 9 novembre 2021 s'est tenu un forum de recrutement de la diaspora congolaise chapeauté par l'Agence Congolaise pour l'Emploi. (ACPE)


Un forum qui a eu pour objectif de dénicher les meilleurs talents congolais en Europe pour répondre aux besoins des entreprises locales et étrangères au Congo. Une initiative intéressante et inédite car elle s'adresse à cette tranche de la population congolaise qui est souvent laissé pour compte et décriée comme étant hostile au régime de Brazzaville.

Une délégation importante est venue de Brazzaville dans laquelle on retrouve plusieurs ministre dont le ministre de la formation qualifiante et de l'emploi et la ministre des PME. On compte également de nombreux dirigeants d'entreprises comme CIB OLAM, Société Générale, BRASCO, etc... On ne peut que féliciter la démarche entreprise pour ce premier rendez-vous avec la diaspora congolaise surtout quand on sait que depuis plusieurs années la relation entre la diaspora congolaise et les autorités de Brazzaville fait l'objet de méfiance et défiance.

Tant par la politique menée à Brazzaville que par les scandales politico-financiers qui se sont multipliés depuis deux décennies.


Chacun est donc en droit de se poser la question sur les véritables raisons de cette initiative.

Brazzaville a-t-elle finalement compris que le Congo se construit avec tous les congolais?

Sommes-nous à la croisée des chemins pour le développement du Congo et son objectif ambitieux de pays émergent en 2025?

Est-ce que ce type d'initiative ouvrira la porte pour que tous les congolais rentrent au Congo et ceux malgré leurs divergences de points de vues sur l'Etat de la nation?

Je pense que ce forum est une manière de tendre la main à la diaspora congolaise sous la forme d'une opération de séduction. Une opération pour vendre ou revendre la destination Congo au congolais. Un exercice inédit dans l'histoire du Congo. Je suis de ceux qui pensent que les talents congolais ne sont pas assez valorisés tant au pays qu'à l'étranger. Je suis également de ceux qui pensent que notre soft power devrait être un appel d'air pour tous ceux qui ont un lien avec le Congo et qui ont des compétences à faire valoir.

L'énergie, que certains dépensent pour critiquer radicalement le Congo ou détourner le bien public congolais dans des paradis fiscaux, pourrait nous permettre d'atteindre notre objectif ambitieux que de devenir un pays émergent.

Je maintiens que ces deux groupes de personnes n'aiment pas le Congo et j'ajouterai qu'ils contribuent chacun à décrédibiliser notre pays et à décourager les congolais à s'inscrire dans une logique de construction durable. Honte aux radicaux et aux voleurs! Mais la question que je me pose d'abord est de savoir à qui parle t-on quand on fait référence à "la diaspora congolaise"? S'agit-il des congolais qui sont nés à l'étranger de parents congolais ou bien faisons-nous référence uniquement aux congolais résidant à l'étranger et qui se sont retrouvés à l'étranger à travers différentes circonstances? Je pose cette question parce que ces deux groupes d'individus n'entretiennent pas la même relation avec le Congo. Ils n'en ont pas la même expérience. Même si de manière interchangeables tous le monde est mis dans le même panier, la nuance devrait être pris en compte. Un congolais qui quitte le Congo pour aller étudier à l'étranger, a certainement une propension plus importante à rentrer au pays ou pas. Par contre, un individu qui est né à l'étranger et est congolais par le droit du sang, ayant ou pas la nationalité congolaise, n'a certainement pas la même aspiration à venir s'installer au Congo. Il faut également rappeler que l'expatriation vers le Congo nous impose de mentionner le contexte économique et financier exécrable du Congo. Le covid, la corruption dans le secteur pétrolier, la dette abyssale et le manque de gouvernance dans l'administration locale sont les démons qui freinent nombreux se nos compatriotes.

Ce climat rend le Congo peut attractif. C'est ce contexte qui à mon sens empêche un retour vers le Congo. Je rajoute aussi ces points non-négligeable qui représentent des freins supplémentaires à rentrer au pays. 1. Faible salaire. 2. Coût de la vie élevé. 3. Manque perspective de carrière. 4. Faible débouché commerciaux pour les entreprises. 5. Opportunité d'emploi tous secteurs. 6. La santé des entreprises. 7. Le clientélisme sur le marché de l'emploi. Il y a quelques années en Afrique du Sud, certains congolais arrivés avec visa, décidaient de demander des statuts de réfugiés "Ngunda" pour vivre légalement en Afrique du sud. Ce qui montrent à suffisance le désespoir de certains de nos compatriotes à rester dans ce pays d'accueil quoi qu'il en coûte.

Certains ont utilisé leurs origines du département du Pool et du conflit armés qui a survenu au lendemain de l'élection présidentielle en mars 2016. Des arrestations, des enlèvements et des assassinats ont été identifié en forte hausse pendant cette période très instable. Certains ont quitté le Congo pour ne pas y revenir car leurs émigration a souvent été difficile et lourds de sacrifices tant administratifs que financiers.

Le Congo est comme une fosse, un trou duquel nombreux veulent sortir. Bref, Le Congo est en concurrence avec ces nations celles qui accueillent les congolais. Canada États-Unis, France, Belgique, Afrique du Sud, Italie, Russie. En concurrence non seulement vis-à-vis des éléments mentionnés ci-dessus mais également car l'initiative ne repose sur aucune raison autre qui est celle d'un patriotisme très écorné.

Ecorné car aimer le Congo s'est implicitement aimer ce qui se passe au Congo. Un sentiment peu partagé. Peut-on s'épanouir professionnellement et humainement au Congo? Non à 70% et oui à 30%. Sauf si vous êtes dans un grand groupe et sauf si ce grand groupe concentre une partie importante de son attention et revenu sur ses employés. J'ajouterai également l'importance du Congo dans les activités de ce grand groupe est un facteur déterminant à cet épanouissement humain et professionnel. La même chose peut-être dit pour ceux qui ont travaillé dans des structures qui sont de véritables marques et symboles de prestige. Les cabinets d'audit en sont un parfait exemple. EY PWC ou Deloitte. Dans ces conditions, en tant qu'employés, vous bénéficiez d'un développement interne intéressant et valorisant. La même chose peut-être dit concernant les organismes des Nations-Unies accrédités au Congo. Il ne faut pas oublier que ce forum s'adresse soit: Des demandeurs d'emplois d'origine congolaise. Étudiants peut-être. Des employés intéressés par l'expatriation vers le Congo. Des congolais établis à l'étranger qui cherchent une porte de sortie pour rentrer au pays par la grande porte. Sans faire de généralité l'appartenance à un état à travers la citoyenneté est un sentiment propre à chacun d'entre nous. Beaucoup sont partis du Congo pour évoluer professionnellement et humainement. Certains sont partis pour fuir la guerre de 1997 et celle de 2015 dans le pool. D'autres ont eu l'option de partir et on saisit cette chance. Car oui c'est une chance que de quitter le Congo. "Comment revenir au Congo?" Sans jeter toute l'eau du bain avec ses occupants, vivre et s'épanouir au Congo est un rêve pour beaucoup de congolais. Bizarrement, on se sent d'avantage congolais à l'étranger qu'au Congo. A l'étranger, on se mélange avec d'autres cultures. Le Congo devient dès lors minoritaire voire inexistant. Il est peut-être plus facile d'entretenir notre appartenance au Congo sans y vivre. Je pense que le rêve partagé par des millions de congolais est de voir le Congo élevé et digne de son statut nation du monde. Un Congo qui valorise largement ses enfants avec égalité et sans clientélisme. Dans cette optique un retour est possible. Un exemple de retour aux sources est le concept de "Year of Return" lancée en 2019 par le Ghana. Il a  marqué les 400 ans du départ du premier bateau d'esclave des côtes africaines.

The Year of Return a été très bien reçu par la diaspora ghanéenne. Le Ghana est un exemple en Afrique sans être parfait. Le travail est en cours. En témoigne l'expatriation d'afrodescendant venus des États-Unis. Le Ghana, la Gambie, le Nigeria, le Rwanda l'Afrique du Sud font partie des destinations privilégiées par nos afro-descendants du monde entier. The Year of Return a été tellement bien reçu que les pays voisins comme le Nigeria et le Bénin ont copié le concept.


L'initiative de l'ACPE est louable et c'est un bon début, je dirai un premier pont pour la diaspora à considérer pour envisager un départ ou un retour dans un futur proche vers le Congo. Malheureusement il s'agit d'une initiative isolée. Ce genre d'initiative devrait s'imbriquer dans une vision plus globale pour raffermir les liens des congolais vivant à l'étranger notre pays. Il faut obligatoirement des synergies avec d'autres acteurs. Il est vitale, pour envisager un retour au Congo, de se projeter individuellement à une nouvelle vie au pays pour soit et sa famille.

Un élément pour contribuer ou aider des congolais à rentrer c'est le soft power. Utiliser l'influence que nous possédons pour prôner un retour au Congo.

Redynamiser et revaloriser le Congo comme une terre d'avenir, une terre d'opportunité. "Une approche multidimensionnelle." Promouvoir la destination Congo est un véritable enjeu pour faciliter le retour de nos compatriotes et profiter de ce que notre pays à de meilleur à offrir. La création d'emplois et la création d'entreprise nous rappelle presque l'énigme de la poule et de l'œuf. Lequel des deux vient en premier. Attirer des investisseurs congolais et étranger pose l'épineuse question du climat des affaires qui n'évoluent quasiment pas depuis 20ans. Le respect de l'état de droit aujourd'hui victime de clientélisme ou d'agenda obscure. Nous avons besoin de relais dans la diaspora congolaise pour prôner un retour au Congo. Les Ateliers Citoyens du Congo s'impliquent pour valoriser le Congo au même titre que d'autres ONG comme Union Congo. Les artistes congolais s'impliquent également Young Ace Wayé, Nestelia Forest, Roga Roga. Des entrepreneurs comme Kiki Lawanda, nous font découvrir le Congo

. Chez Mokondzi, notre focus est sur les entrepreneurs pour développer leurs attractivités commerciales. Une mission qui demande un engagement sur le très long terme.

Faire connaître le Congo et ce qu'il a de meilleurs à offrir au reste du monde. Nous rêvons de voir le leadership du Congo s'exprimer de cette manière. Que le Congo ne soit pas le destinataire des cultures étrangères mais plutôt que nous nous exportions notre culture avant qu'elle ne soit reprise par des pays plus malins que nous.

Notre diaspora est riche. Ne pas comptez sur sa force d'expression, sur sa puissance financière, sur son vivier de compétence est une folie qui ne répond à aucune logique de développement durable. Notre prochain voyage au Congo s'appuiera sur 3 piliers Découvrir. Acheter. Consommer. Partir à la découverte des meilleurs produits du Congo, les acheter et les consommer. De simple gestes qui ont beaucoup plus d'impact que des forum sur l'entrepreneuriat pour investir au Congo. Une idée simple; acheter simplement parce que c'est congolais. Notre rêve pour tous les congolais de l'étranger serait de ne plus avoir d'éléments dit "systémiques" à faire valoir pour rester à l'étranger. Que le Congo devienne le berceau de notre fierté. Le lieu unique dans lequel nos inspirations émergent. Misez sur la diaspora ne sera jamais une perte de temps. Kevin Noumazalayi Pour le blog de Mokondzi. 🦍

127 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentarios


Post: Blog2_Post
bottom of page